Partager

Les industriels partagés sur l’évolution de leur production au premier trimestre

25 mars 2020 Libération

Les entreprises de l’industrie manufacturière s’attendent à une stabilité de leur production au premier trimestre 2020, selon les enquêtes de conjoncture réalisées par le Haut-commissariat au plan (HCP) au titre du premier trimestre 2020.

Ces anticipations seraient attribuables, d’une part, à une hausse de l’activité de la «Métallurgie» et de la «Fabrication de produits métalliques, à l’exception des machines et des équipements» et, d’autre part, à une diminution de celle de «Industrie chimique» et de la «Industrie automobile», a relevé le Haut-Commissariat.

Concernant les anticipations de l’emploi, les industriels prévoient globalement une stabilité des effectifs employés, a fait savoir l’institution publique dans une note rendue publique récemment.

S’agissant de l’industrie extractive, il ressort de ces enquêtes que les entreprises de ce secteur prévoient une baisse de leur production, a souligné le HCP affirmant que cette évolution serait imputable principalement à une diminution de la production des phosphates.
Selon les résultats de ces mêmes enquêtes, les patrons de ce secteur prévoient une stabilité au niveau des effectifs employés.

Concernant la production énergétique attendue pour le premier trimestre 2020, le Haut-commissariat a indiqué qu’elle connaîtrait une stabilité attribuable à une stagnation de la «Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné». Alors que l’emploi connaîtrait une augmentation au cours de la même période.

Il est à noter que pour les trois premiers mois de l’année, les entreprises de l’industrie environnementale anticipent une augmentation de la production notamment dans les activités du «Captage, traitement et distribution d’eau» et une stabilité des effectifs employés.
Soulignons que les appréciations des entreprises ont également porté sur l’évolution de l’activité au cours du quatrième trimestre 2019.

Il ressort ainsi que la production de l’industrie manufacturière aurait connu une hausse résultat d’une augmentation de la production dans les branches de l’«Industrie chimique» et l’«Industrie automobile» et d’une diminution de la production dans la branche des «Industries alimentaires» et de la «Fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques».

En détail, « les carnets de commandes du secteur sont jugés d’un niveau normal par les chefs d’entreprises. S’agissant de l’emploi, il aurait connu une stabilité », selon le HCP notant que globalement, le taux d’utilisation des capacités de production (TUC) dans l’industrie manufacturière se serait établi à 79%.

En ce qui concerne la production de l’industrie extractive, elle aurait affiché une baisse au cours des derniers mois de l’année écoulée, imputable à une diminution de la production d’«Autres industries extractives».  Tandis que les carnets de commande se seraient situés à un niveau normal et l’emploi aurait connu une stabilité.

Dans ces conditions, le Haut-commissariat a relevé que le taux d’utilisation des capacités de production dans ce secteur se serait établi à 80%.
S’agissant de la production de l’industrie énergétique, il apparait qu’elle aurait connu une baisse due principalement à une diminution de la «Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné».

Dans cette même période, les carnets de commandes ont été jugés d’un niveau inférieur à la normal alors que l’emploi aurait connu une stabilité.

Ainsi, a poursuivi l’institution publique, le TUC dans l’industrie énergétique se serait établi à 92%.

Quant à la production de l’industrie environnementale, elle aurait pour sa part enregistré une augmentation imputable à un accroissement de l'activité du «Captage, traitement et distribution d’eau».

« En ce qui concerne les carnets de commandes de ce secteur, ils se seraient établis à un niveau inférieur à la normal et l’emploi aurait connu une augmentation », a en outre relevé le HCP ajoutant que, dans ces conditions, le TUC dans l’industrie environnementale se serait établi à 86%.

A noter enfin que, selon la majorité des chefs d’entreprises relevant des secteurs de l’industrie manufacturière, extractive et énergétique, « le remplacement d’une partie des équipements et l’extension de l’activité auraient fait l’objet des principales dépenses d’investissements réalisées en 2019 », a conclu le Haut-commissariat.

Donnez votre avis

Vous devez être connecté pour publier un avis.
Connectez-vous en cliquant ici ou avec votre compte de réseau social